UN PATCHWORK DE CULTURES

Les régions frontalières fascinent les hommes depuis toujours. Loin de toute civilisation, ces territoires renferment des secrets ancestraux et offrent d'extraordinaires possibilités de découvertes.

Les régions frontalières fascinent les hommes depuis toujours. Loin de toute civilisation, ces territoires renferment des secrets ancestraux et offrent d'extraordinaires possibilités de découvertes. Surmonté de montagnes et creusé de vallées profondes, le Yunnan est l'une de ces régions marquées par un grand isolement, notamment à l'ouest où l'Himalaya, dressé dans l'axe nord-sud, imprime un relief des plus accidentés. Jusqu'à très récemment, avant l'apparition des voies routières et aériennes, ces vallées et montagnes étaient habitées par des sociétés tribales. Aujourd'hui encore, le Yunnan compte 25 nationalités/minorités reconnues, représentant plus d'un tiers de la population. Ces territoires constituent l'une des étapes de la Route du Thé et des Chevaux, entre les montagnes du sud et le Tibet, plus au nord.

À l'extrême sud, le long de la frontière avec le Myanmar et le Laos, se trouvent diverses tribus montagnardes (notamment : Blang, Akha ou Aini en chinois, Lahu et Wa), parmi lesquelles les tout premiers cultivateurs de thé, qui continuent d'exploiter les montagnes parmi les plus réputées pour le thé pu'er. Autour de ces montagnes, les plaines des basses terres sont habitées par les Dai. Plus au nord, sur la route de Dali, se trouve des groupes Yi et quelques villages Hui musulmans, descendants de l'armée d'envahisseurs de Kublai Khan, au XIIIe siècle. Les Bai, principale ethnie de la région de Dali, peuplent le nord quasiment jusqu'à Lijiang, majoritairement Naxi. Au nord encore, sur les hauts plateaux de Shangri-La, les communautés tibétaines prennent la relève et dominent tout l'itinéraire jusqu'à Lhassa.